OPA | Orchestre Poétique d'Avant-guerre
5 avril 2015
m. (OPA)

Solidarité - Medias libres du Chiapas

Communiqué des médias libres français - Soutien au Chiapas

Le 30 mars 2015

Aux médias libres du Chiapas, Aux adhérent-e-s de la Sexta, A nos frères et soeurs qui luttent pour proposer une autre information,

Nous avons été informé-e-s qu’au Chiapas, Mexique, nos compañer@s, nos frères et soeurs de lutte, travaillant dans les médias libres, de manière bénévole, et accompagnant le mouvement des peuples organisés en lutte contre l’installation d’un méga projet touristiques et d’une autoroute sur leur terre, ont été agressé-e-s par des groupes armés pro-gouvernementaux sous l’oeil bienveillant des forces de l’ordre.

L’agression s’est terminée par la rétention illégale de leurs outils de travail : un appareil photo Canon 70D et un téléphone portable contenant de nombreuses informations personnelles.

Cette agression a eu lieu dans un climat d’extrême violence : dans leur rapport, nos collègues journalistes indépendants ont déclaré avoir été menacé-e-s avec une machette sous le cou et sur le ventre pour notre soeur journaliste, et par une machette sur le ventre pour notre frère journaliste.

En tant que médias libres, cela nous rappelle des évènements qui se sont déroulés en France, et plus particulièrement durant la lutte contre la construction du barrage de Sivens au Testet où des journalistes indépendants avaient été menacé-e-s par une milice aux pratiques fachisantes afin de les empêcher de travailler.

Nous n’acceptons pas et condamnons énergiquement ces actions. Le droit d’informer est universel. Si le fait de prendre des photos et de documenter leurs actions leur pose problème, c’est aux groupes paramilitaires et milices de tous les pays de stopper leurs pratiques illegales.

LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP !

Loin de nous intimider, nous nous engageons à être plus attentif-ve-s aux futures actions qui se passeront au Chiapas comme ailleurs et à diffuser toutes menaces et agressions qui pourront se dérouler au Mexique et dans le monde entier et nous invitons chaque personne, chaque Être Humain, à devenir témoin chaque fois qu’il le faudra : les médias libres sont là pour recevoir et diffuser leurs témoignages et les protéger.

Nous nous solidarisons avec le travail de nos frères et soeurs des médias libres du Chiapas qui, depuis des années, s’organisent et diffusent « L’Autre Information » de manière exemplaire.

SOLIDARITÉ AVEC LES MÉDIAS LIBRES DU CHIAPAS, DU MEXIQUE ET DE LA TERRE !

Depuis la France, mars 2015.

Liste des signataires (en cours) :

- Espoir Chiapas :
http://espoirchiapas.blogspot.mx

- Le serpent à Plumes :
http://www.le-serpent-a-plumes.antifa-net.fr

- Collectif Bon Pied Bon Oeil :
http://bonpiedbonoeil.net

- Indymedia Nantes :
https://nantes.indymedia.org/

- Radio Zinzine :
http://radiozinzine.org/

- Forum Civique Européen :
http://www.forumcivique.org

- Contre Faits :
http://www.contre-faits.org

- L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre (O.P.A) :
http://www.opa33.org

- Cocomagnanville :
http://cocomagnanville.over-blog.com/

- Le secrétariat libre de la ZAD de NDDL :
http://zad.nadir.org

***
Depuis le collectif Contre Les Abus Policiers (C.L.A.P33)

Le 28 mars 2015

Communiqué des medias libres français en solidarite avec les medias libres du Chiapas et les compañer@s en lutte.

Mauvaises nouvelles depuis San Sebastián Bachajón.

Depuis le 9 janvier 2015, les ejidatarios adhérents à la Sexta internationale de San Sebastián Bachajón, subissent une pression policière sans précédent.

Des brigades internationales ont pris le relais pour assurer une relative sécurité aux compagnons en lutte.

En février de cette même année, déterminés à rester sur leurs terres ejidales, ils y ont construit leur siège régional près de l’accès aux cascades d’Agua Azul. Un centre conçu comme un lieu de convergence des luttes et des solidarités. Un centre ouvert à tous, tout en couleur grâce aux muraux peints par les compagnons de passage. Un centre qui semblait fait pour durer.

Malgré des menaces de plus en plus présentes, malgré des harcèlements quotidiens, l’espérance se maintenait envers et contre tous.

Mais le mauvais gouvernement avait plus d’un tour dans son sac à embrouille.

Et le pire est arrivé en cette fin mars 2015.

Deux faits très graves se sont déroulés ces derniers jours :

- Le 21 mars 2015, vers huit heures du matin, plus de six cents agents des forces publiques ont incendié le centre régional de San Sebastián Bachajón. Cette attaque est le fait du commissaire ejidal officiel, Alejandro Moreno Gómez et d’un des membres du conseil de vigilance Samuel Díaz Guzmán. Une date symbolique pour cette communauté puisque c’est à cette date précise que fut assassiné Juan Carlos Gómez Silvano, coordinateur de l’organisation dans la communauté Virgen de Dolores. Une répétition de date qui ne peut-être le fait du hasard…

- Toujours le 21 mars, vers 18h30, une compañera et un compañero des collectifs de médias libres ont été attaqué-e-s par le groupe pro-gouvernemental du commissaire éjidal de San Sebastián Bachajón. Alors qu’ils allaient documenter, l’agression qu’avait subit la communauté le matin même, ils ont été encerclé-e-s par plus de deux cent hommes armés de machette et fortement alcoolisés. Quatre camionnettes de la police stationnaient tout près. Les compagnons ont été détenu-e-s, poussé-e-s, frappé-e-s et menacé-e-s avec des machettes pour qu’ils effacent les photos. Ils s’y sont résolu pour ne pas mettre en péril leur vie.

Pour autant, cela n’aura servi à rien puisque les agresseurs ont refusé de leur rendre leur matériel.

En plus d’une réelle frayeur physique, nos compagnons ont du subir le vol d’un appareil photo Canon 70D, d’un téléphone portable et d’un trépied.

Les compañer@s craignent pour les informations qui leur ont été dérobées et plus particulièrement concernant leur répertoire personnel et professionnel contenu dans leur téléphone mobile.

Comme le souligne le communiqué des médias libre du 24 mars 2015 : « Cette agression représente une escalade de la violence contre-insurectionnelle à Bachajón et amplifie le danger qui existe pour les communicants, défenseurs des droits de l’homme, et les peuples organisés qui défendent la terre mère. Ceci est une preuve de la complicité entre les autorités, la police et ces groupes pro-gouvernementaux qui opèrent comme paramilitaires dans tout le pays ; nous croyons que s’annonce une vague de violence plus intense ».

Une nouvelle mise en lumière pour alerter l’opinion publique nationale et internationale de la répression systématique que subit cette communauté depuis plusieurs années. Une nouvelle mise en accusation pour que cesse cette répression illégitime. (source : blog De l’autre cöté du Charco)

Mieux comprendre ce qui se passe à Bachajon où des indigènes défendent leurs terres communales à la fois contre un projet d’autoroute et un mega projet eco-touristique :
http://espoirchiapas.blogspot.ro/2015/01/despojo-de-tierra-bachajon-expulsion-de.html

Comme d’autres medias libres français, Indymedia nantes est solidaire des compañer@s de Bachajon en lutte et des medias libres du Chiapas, du Mexique et du monde entier. C’est pourquoi nous signons et diffusons ce communiqué.

Lire ici :
https://nantes.indymedia.org/articles/31285

Lire le premier communiqué de soutien :
http://www.le-serpent-a-plumes.antifa-net.fr/medias-libres-attaques-au-chiapas/

Source :
http://clap33.over-blog.com/2015/05/solidarite-avec-les-medias-libres-du-chiapas.html

OPA.Tv Vidéo » Émissions pirates »

OPA Albums » A l'écoute & en téléchargement libre »

D.A.L33 - Amère relaxe
26 mars

D.A.L33 - Amère relaxe

Bordeaux, le 25 mars 2017 Communiqué de l’association Droit Au Logement de Gironde - D.A.L33 Relaxe des militant-e-s du D.A.L33 – Beaucoup de bruit pour rien, beaucoup d’amertume… Le 23 mars 2017, la...

Lire la suite

Téléchargez nous librement !
24 mars

Téléchargez nous librement !

Bordeaux, le 3 juillet 2015 Après des années de balbutiements, le site de Dogmazic (décidément, nous lui préférions sans conteste le nom de« Musique Libre »), reprend du service grâce à l’acharnement...

Lire la suite

L'Etat se défend mal à Bordeaux
14 février

L’Etat se défend mal à Bordeaux

Bordeaux, le 11 février 2017 « Nous ne sommes plus dans un état de droit mais ce sont les policiers qui se font droit. » Maitre Ophélie Berrier – Avocate de m. – Extrait de sa plaidoirie. Le jeudi 9...

Lire la suite

0 | 3 | 6 | 9 | 12 | 15 | 18 | 21 | 24 | ...