OPA | Orchestre Poétique d'Avant-guerre
16 février 2013
m. (OPA)

Ecole - Une prof témoigne

Réforme Peillon : « « La violence de trop, celle qui fait sauter le couvercle »

Par Jean-Pierre Anselme - Le 11 février 2013

Nadia Miri est directrice d’une école primaire parisienne. Aguerrie par ses 42 ans de carrière, elle explique sans détour en quoi la « refondation » annoncée, imposée par en haut aux enseignants, aux animateurs, aux parents... et aux enfants, est une « entourloupe » qui enterre les vrais problèmes de l’école. Entretien.

Après avoir été promue à l’École normale, en 1968, Nadia Miri est institutrice jusqu’en 1992. Elle est alors mise à disposition de l’Académie de Paris pour diriger le Plan Paris-lecture avec la Ville de Paris, jusqu’en 2002. Depuis, elle dirige l’école primaire du 51 de la rue de Charenton, à Paris dans le douzième arrondissement (170 élèves, 7 classes).

Nadia Miri y a mis en place, depuis 4 ans, le projet Comenius, promu par l’Union européenne, qui permet à des enseignants, « comme aux animateurs de l’école », de partir une fois l’an découvrir d’autres écoles et leurs systèmes éducatifs dans d’autres pays d’Europe. « Cette année trois enseignants et une animatrice partent dans une école en Turquie. »

Nadia Miri estime avoir « un très bon contact avec les parents d’élèves, qui sont présents et impliqués dans l’école. Ce qui manque, au plan national, c’est un collectif parents-enseignants avec un projet. » Très engagée dans la vie locale, Nadia Miri est membre du conseil de quartier du XIIe et elle anime l’association Graine de partage qui, avec quatre jardins partagés (« et une ruche en perspective »), « développe des activités qui créent du lien social pour lutter contre toutes les formes de discrimination ».

ENTRETIEN

Quelle est la source de la colère des enseignants ?

Ils en ont assez d’en prendre plein la figure. Les images négatives véhiculées sur l’école et sur les enseignants sont depuis trop longtemps violentes et agressives. Tout le monde parle de l’école. Les médias privilégient la parole de tout le monde sur l’école sauf celle des acteurs de terrain. Et quand ils la donnent à des professionnels, ce sont les gens des syndicats majoritaires, qui ne sont pas représentatifs, mais rarement d’un enseignant de bas.

La réforme Peillon et le changement des rythmes scolaires ont été décidés par en haut, par décret, c’est la violence de trop, celle qui fait sauter le couvercle. On veut réformer le temps scolaire avant de savoir ce qu’on met dedans. Autrement dit, le gouvernement nous inflige une épreuve à la « Top chef » où on donne le temps de cuisson avant de déterminer la recette !

La « recette », autrement dit le contenu de l’enseignement ?

Exactement, car la question principale est celle des programmes, lesquels sont de plus en plus chargés et inadaptés pour un emploi du temps dont la masse horaire a diminué, passant de 26 heures à 24 heures avec la réforme Darcos en 2008.

Le résultat est d’une grande violence, pour les élèves dont on surcharge la barque, pour les maîtres qui doivent être de plus en plus polyvalents sans en avoir le temps ni les moyens.

C’est du sabotage et de la désinformation. On ne peut pas dire aux enseignants : « On va réformer les rythmes scolaires et on verra les programmes après ! »

Lire la suite :
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article133366

OPA.Tv Vidéo » Émissions pirates »

OPA Albums » A l'écoute & en téléchargement libre »

D.A.L33 - Amère relaxe
26 mars

D.A.L33 - Amère relaxe

Bordeaux, le 25 mars 2017 Communiqué de l’association Droit Au Logement de Gironde - D.A.L33 Relaxe des militant-e-s du D.A.L33 – Beaucoup de bruit pour rien, beaucoup d’amertume… Le 23 mars 2017, la...

Lire la suite

Téléchargez nous librement !
24 mars

Téléchargez nous librement !

Bordeaux, le 3 juillet 2015 Après des années de balbutiements, le site de Dogmazic (décidément, nous lui préférions sans conteste le nom de« Musique Libre »), reprend du service grâce à l’acharnement...

Lire la suite

L'Etat se défend mal à Bordeaux
14 février

L’Etat se défend mal à Bordeaux

Bordeaux, le 11 février 2017 « Nous ne sommes plus dans un état de droit mais ce sont les policiers qui se font droit. » Maitre Ophélie Berrier – Avocate de m. – Extrait de sa plaidoirie. Le jeudi 9...

Lire la suite

0 | 3 | 6 | 9 | 12 | 15 | 18 | 21 | 24 | ...